Que savoir sur l’imposition des dividendes en Andorre ?

La Principauté d’Andorre figure en haut de la liste des pays qui proposent un système fiscal avantageux pour les entreprises. Ce petit État enclavé entre l’Espagne et la France impose un régime particulier aux sociétés pour la distribution des gains aux actionnaires. Voici l’essentiel à savoir sur l’imposition des dividendes en Andorre, ses exceptions et ses subtilités !

Comment les dividendes sont-ils imposés en Andorre ?

L’imposition des dividendes en Andorre répond à un procédé fiscal particulier. La législation andorrane actuelle possède de nombreuses conventions de non-double imposition. Ces conventions mettent un cadre clair et réglementé sur les dividendes. Dans cet article, nous explorerons le cas avec la France. Pour tout autre pays, nous vous invitons à vous référer à la bonne convention fiscale.

L’imposition sur les dividendes en Andorre

En Andorre, il n’y a aucun impôt sur les dividendes. Par contre, toute société andorrane implantée dans le pays est redevable à l’impôt sur les sociétés (IS) d’un montant de 10% maximum. Une fois l’impôt sur les sociétés prélevé par l’État, les bénéfices deviennent des dividendes non imposables par le gouvernement andorran. Il n’existe donc aucune imposition des dividendes en Andorre, contrairement à la France qui applique un taux de 30 % sur ces parts. De même, leur distribution n’implique aucun impôt sur le revenu.

Qu’en est-il des dividendes de source française ?

L’article 10 de la Convention fiscale aborde l’imposition des dividendes entre une société résidente de la France et une société résidente d’Andorre. Il est dit que : les dividendes versés par une société française à une société andorrane (ou vice versa) sont imposables dans le pays de la société bénéficiaire

Il est essentiel de noter que la Convention fiscale entre la France et l’Andorre, bien qu’elle fournisse un cadre pour la taxation des revenus, notamment les dividendes, ne couvre pas toutes les subtilités potentielles liées à la situation fiscale d’une personne ou d’une société. La législation fiscale française, en particulier le Code des impôts, comporte de nombreuses nuances et spécificités qui ne sont pas nécessairement traitées de manière exhaustive dans la convention.

Par conséquent, il est fortement recommandé de réaliser une étude approfondie de la situation fiscale spécifique de chaque individu. Cette étude devrait prendre en compte des éléments tels que le statut juridique de la personne (par exemple, SARL, SA, SAS), les détails du patrimoine, les investissements, la résidence fiscale, etc. Ces subtilités peuvent avoir un impact significatif sur la manière dont les dispositions fiscales sont appliquées et interprétées.

Méthode d’élimination des doubles impositions

L’article 21 de la convention de non-double imposition entre la France et l’Andorre définit les méthodes pour éviter les doubles impositions. Pour la France, les revenus imposables en Andorre sont pris en compte pour le calcul de l’impôt français, avec certaines conditions. En Andorre, un résident recevant des revenus imposables en France bénéficie d’une déduction équivalente à l’impôt sur le revenu payé en France, tout en tenant compte des exclusions et exceptions sur certains dividendes.

Il est important de souligner que ces dispositions visent à prévenir la double imposition des revenus, assurant ainsi une répartition équitable des obligations fiscales entre les deux pays.

 

En conclusion, l’imposition des dividendes entre la France et l’Andorre est régie par la Convention fiscale, offrant un cadre juridique pour éviter la double imposition. Cependant, cette convention ne couvre pas toutes les subtilités inhérentes à la législation fiscale française, qui comporte de nombreuses nuances et spécificités. Ainsi, une analyse approfondie de la situation fiscale de chaque individu, prenant en compte des facteurs tels que le statut juridique, le patrimoine, la résidence fiscale, est essentielle.

Avant d’entreprendre toute démarche, nous vous recommandons vivement de consulter nos experts fiscaux. Cette consultation vous procurera une compréhension approfondie des implications spécifiques à votre situation, vous permettant ainsi d’optimiser judicieusement les avantages prévus par la Convention fiscale tout en assurant une planification fiscale optimale.

Vous souhaitez un accompagnement ou une étude de votre situation ?
Faites le point gratuitement et rapidement avec l'un de nos conseillers

Vous souhaitez plus d'informations ?

Nos conseillers vous répondent rapidement

Vous souhaitez plus d'informations ?

Nos conseillers vous répondent rapidement
Recevez nos actualités

Inscrivez-vous à notre bulletin d'information

Deux communications par mois directement dans votre boîte mail